L'envers du décor.

Chères spectatrices, chers spectateurs,

Alors que s'achève à peine une semaine riche d'événements, voici qu'en débute une autre encore plus agitée, rythmée par trois Ciné-clubs : mercredi, celui de la Chambre Noire nous propose Médée ; celui des Ecoles nous convie jeudi pour Orfeu Négro et Louis Lumière, mardi, à voir Pas comme des loups. Cette semaine inaugure également un nouveau Festival du Décor à l'Ecran, avec plein de projections, de rencontres et de débats avec des artisans de l'esthétique du film. Tout cela n'empêche par L'Adieu aux Armes, très belle adaptation du célèbre roman d'Ernest Hemingway réalisée par Frank Borzage en 1932 et magnifiquement restaurée, de poursuivre sa carrière, ni nos précédents succès (Breaking Away, First Man, Leave no trace et BlacKkKlansman) de conserver quelques séances.

Commençons par le Ciné-club de la Chambre Noire qui, mercredi à 20h, a invité le critique René Marx à débattre après la projection de Médée. Pier Paolo Pasolini offre ici le rôle de la fascinante magicienne infanticide à Maria Callas, pour l'unique apparition de la diva à l'écran. Deux mythes en un seul film.

Le lendemain à la même heure, le Ciné-club des Ecoles a choisi Orfeu Négro pour son rendez-vous de novembre. Une autre lecture d'une histoire mythologique, celle d'Orphée et Eurydice, transposée dans le Brésil des années 50 par Marcel Camus. Le réalisateur René Letzgus animera le débat après ce film, qui obtint la Palme d'Or 1959 et l'Oscar en 1960.

La semaine se terminera mardi à 20h avec un Ciné-club Louis Lumière. Vincent Pouplart, réalisateur de Pas comme des loups, échangera avec le public à la suite de la projection de son touchant documentaire sur deux jeunes garçons un peu à la marge. Le film sera précédé du court-métrage Le Silence de la carpe, et la soirée se prolongera autour d'un verre au Grand Bar.

Vendredi, samedi et dimanche, nous changerons de décor pour évoquer une profession mal connue, et pourtant essentielle, de la production cinématographique. Notre nouveau Festival du Décor à l'Ecran veut mettre en lumière celles et ceux qui imaginent, choisissent et conçoivent les lieux, les pièces, les meubles, les couleurs, les paysages dans lesquels évoluent les acteurs d'un film. Plusieurs grands noms de la déco, accompagnés parfois de réalisateurs ou d'autres techniciens, viendront échanger avec la salle pour mieux faire connaître leur art et leur savoir-faire. Vendredi à 19h, le Van Gogh de Maurice Pialat lancera le Festival du Décor à l'Ecran, en présence de la décoratrice Katia Wyszkop, qui nous suivra pour un cocktail. Samedi à 14h, ce sera au tour de Pascal Le Guellec de nous parler de son travail sur La Douleur, d'Emmanuel Finkiel d'après le récit de Duras. A 17h, Benoît Barouh, décorateur de Cyclo, se livrera au même exercice après la projection du film de Tran Ahn Hung. A 20h15, Stéphane Rozembaum viendra avec la costumière Florence Fontaine pour nous raconter comment est né l'esthétique si particulière de La Science des rêves, de Michel Gondry. Le Festival se poursuit dimanche à 16h avec Laissez-Passer, décoré et présenté par Emile Ghigo, rejoint après la projection par Bertrand Tavernier, réalisateur du film. Nous finirons en éclat de rire à 20h, avec OSS 117, Le Caire nid d'espions. Michel Hazanavicius et son complice Maamar Ech-Cheikh, débattront ensuite avec le public. Nous espérons vous voir nombreux pour ces moments qui s'annoncent passionnants.

Rappelons à tous celles et ceux qui ont à cœur de découvrir sur grand écran les films qui ont fait l'histoire du cinéma que L'Adieu aux Armes, de Frank Borzage, ressort sur une superbe copie neuve qui redonne son éclat en noir et blanc à cette belle histoire d'amour se déroulant lors de la Première Guerre Mondiale. Précisons aussi que nos films cités en début de lettre sont encore visibles, et terminons par l'Enfance de l'Art. Même programme que la semaine dernière avec Les Contes de la Nuit, de Michel Ocelot, mercredi à 14h et La Famille Adams, de Barry Sonnenfeld, dimanche à 14h30.

Bonne semaine.

Isabelle Gibbal-Hardy et l'équipe du Grand Action.