Scroll down
Éditoriaux

Med et Nuits Meds.

Éditoriaux

Med et Nuits Meds.

Chères spectatrices, chers spectateurs, 

Notre titre, qui annonce la suite du cycle Med Hondo et le palmarès des Nuits Med, omet le onzième Panorama Cinéma Grec Contemporain, proposé par le Centre Culturel Hellénique (CCHel). Trois occasions de découvrir d’autres cinémas, loin des programmes mainstreams.

Les Nuits Med, fameux festival corse du « filmu cortu », aura le plaisir de nous présenter son palmarès de court-métrage le mercredi 29 septembre à 19h. Le critique Dominique Landron, le doctorant Valécien Bonnot-Galluci et Isabelle Gibbal-Hardy, directrice de votre cinéma préféré, respectivement présidents du Jury Presse, du Jury Talents et du Jury Med, introduiront la séance où, en présence des réalisateurs, nous découvrirons les primés de l’année. Citons Partir en Poussière, Prix Grand Action, Œil Blanc, le Grand Prix, et Come a Micono, Prix des Talents, sachant que les six lauréats méritent votre attention. Le lendemain à 18h30, le Prix France Télévision des Nuits Med sera remis, précédant une soirée consacrée à Germaine Dulac, pionnière du cinéma et théoricienne avant-gardiste. Prosper Hillairet lira quelques textes qu’il a réuni dans un livre qu’il nous dédicacera, avant d’assister à la projection de trois courts-métrages et du documentaire de Valécien Bonnot-Galluci, Les Archives de la Mer. A 20h30, toujours jeudi, carte blanche au jeune cinéma de l’île de beauté avec le Panorama Corse et un programme de trois courts-métrages : Alpa, de Paolo Mattei et Arabacciu, d’Alexandre Oppecini, et Pour que rien ne change, de Francescu Artily.   

Berceau de la culture méditerranéenne, le pays de Maria Callas et Melina Mercouri mérite qu’on s’intéresse à la richesse et au dynamisme de son cinéma.  C’est d’ailleurs l’un des objets du CCHel qui, pour la onzième édition, nous propose de découvrir son Panorama Cinéma Grec Contemporain. Du 1er au 3 octobre, nous verrons une dizaine de fictions et documentaires récents, présentés par leur réalisateur et d’autres membres de l’équipe. Parmi eux, Eftihia, film d’Angelos Frantzis inspiré de la vie de célèbre poétesse et compositrice Eftihia Papagianopoulou, qui est, à ce jour, le plus gros succès public en Grèce. On ne va pas vous détailler le programme mais sachez toutefois qu’il y a du voyage, avec la croisière à bord de l’Express Scopelitis, d’Emilia Miliou, âme des petites Cyclades, des confrontations de cultures avec Pari, de Siamak Etemadi, et que Apples, l’histoire d’un amnésique en traitement de Christos Nikou, sera projeté en présence de son réalisateur pour la première fois en France, avant sa sortie en salle. Un rendez-vous qui se tient tous les deux ans et qu’aucun cinéphile helléniste ne rate.

Le cycle Med Hondo, audacieux cinéaste franco-mauritanien disparu en 2019, permet enfin à son œuvre subversive et radicale d’être vue en salle. Trois films cette semaine, projetés en 4K et restaurés par de grandes institutions mandatées par Ciné Archives, gestionnaire du fonds audiovisuel du Parti communiste français qui, depuis 2018, s’occupe de la préservation et de la diffusion des films de Med Hondo. 

Grâce à leur travail remarquable, nous pourrons voir West Indies, géniale comédie musicale pamphlétaire qui raconte la colonisation du XVIIe siècle à nos jours, et Sarraounia, l’épopée spectaculaire et tragique d’une reine qui, à la fin du XIXe siècle, s’opposa héroïquement à la sauvagerie du corps expéditionnaire français. Soleil Ô, film aux accents brechtiens qui évoque l’histoire d’un immigré africain découvrant la France des années 60, sera projeté à plusieurs reprises. Et c’est ce film coup de poing qui, mardi à 20h, conclura l’hommage à un auteur qui, passionnément, dénonça les monstruosités du colonialisme et du racisme ordinaire. Cette soirée sera animée par Amzat Boukari-Yabara, docteur en histoire et civilisations de l’Afrique, auteur de « Africa Unite ! Une histoire du panafricanisme » (éditions La Découverte). 

Bon voyage au cinéma.

Isabelle Gibbal-Hardy et l’équipe du Grand Action.