Scroll down
Éditoriaux

Kelly Reichardt’s fan club.

Éditoriaux

Kelly Reichardt’s fan club.

Chères spectatrices, chers spectateurs, 

Notre programme va ravir les nombreux inconditionnels de Kelly Reichardt, avec son « intégrale » – y compris le tout nouveau First Cow -, mais d’autres clubs se réuniront dans nos salles. Nos amis de Ciné-ma Russie seront là jeudi ; les cinéphiles du Festival Ici Vietnam investiront le week-end ; les « gay friendly » assisteront lundi à une séance du 33e Festival International du Film Lesbien et Féministe de Paris et le Ciné-club Louis Lumière fera sa rentrée mardi avec Camille. Et il y a même un club des jeunes avec la reprise de l’Enfance de l’Art. Rendez-vous en fin de lettre. 

A toute seigneuresse, tout honneur, commençons par Kelly Reichardt, marraine de notre salle Club qui porte désormais son nom. Kelly vint mardi 19 octobre nous présenter son dernier film, First Cow, désormais à l’affiche, une belle histoire d’amitié et d’affaires dans l’Ouest américain des années 1820. On ne vous dévoile pas ce superbe dernier opus, mais sachez que la « première vache » (First Cow) joue un rôle, et que les cadres léchés et quasi-carrés (4/3) composés par la cinéaste captent la beauté de la nature… Et parfois les vérités de l’âme humaine. Tourné dans l’Oregon, First Cow raconte l’aventure d’un monde en construction, où les Natifs rencontrent des chasseurs de castors, des migrants chinois et des cuisiniers mélancoliques. Avec ce dernier film, Kelly poursuit son œuvre, dont vous pouvez remonter à la source grâce à l’intégrale que nous lui consacrons. Par ordre de réalisation, non de présentation : River of Grass (1994), Old Joy, (2006), Wendy & Lucy (2008), La Dernière Piste (2010), Night Moves (2013) et Certaines Femmes (2016), qui tient à ce jour le record au Grand Action en étant resté un an à l’affiche ! Notons que First Cow est inspiré d’un roman de Jon Raymond, co-scénariste attitré de Kelly depuis Old Joy, une autre histoire d’amitié. D’ailleurs, on y trouve en ouverture une citation de William Blake : « L’oiseau a son nid, l’araignée sa toile, et l’homme l’amitié ». Joli, non ? 

Jeudi à 20h, Ciné-ma Russie nous invite à une jolie fable au pays des Soviets, douce et ironique, avec Il était une fois un Gars, de Vassili Choukchine. Dans les années 60, le gars en question est un chauffeur de camion, sympa et rêveur, qui devient un héros. Réjouissant.

La cinéphilie n’ayant ni patrie ni frontière, nous avons le plaisir d’ouvrir nos salles au cinéma asiatique que valorise le Festival Ici Vietnam. Vendredi soir, projection de Mein Vietnam, où Tim Ellrich et Hien Mai filment le désarroi d’un couple d’origine vietnamienne, exilé en Allemagne, face à la perte de leur maison au pays. Ce moyen-métrage sera précédé de Live in Cloud Cuckoo Land, une vingtaine de minutes de délire kafkaïovietnamien. Samedi et dimanche, trois séances de courts-métrages pour découvrir la vitalité cinématographique de la diaspora et du peuple vietnamien. 

Lundi 20h, l’équipe du 33e Festival International du Film Lesbien et Féministe de Paris viendra nous présenter Ahead of the Curve, documentaire où Jen Rainin dresse le portrait de Frances « Franco » Stevens. Bel hommage à cette icône du « Génie lesbien », fondatrice du magazine Curve, d’abord baptisé Deneuve, ce qui agaça notre Catherine nationale. Nous sommes très heureux d’accueillir pour la première fois ce festival éclaté dans plusieurs salles. 

Mardi à 20h, le Ciné-club Louis Lumière reprend ses rendez-vous pour la saison 2021-22. Lors de cette reprise, nous verrons Camille, fiction basée sur l’histoire de Camille Lepage, jeune photographe talentueuse partie photographier l’enfer en Centre Afrique. Touchant et violent, plein de fougue, le film de Boris Lojkine, qui obtint le Prix du Jury à Locarno, sera présenté par Elin Kirschfink, la cheffe opératrice et Marc-Olivier Brulle, l’ingénieur du son. Ils resteront débattre après la projection. 

Enfin, quel plaisir de retrouver aussi l’Enfance de l’Art qui, traditionnellement conclut nos lettres. Le jeune public va de nouveau pouvoir s’ouvrir au plaisir du cinéma dans nos salles. Pour cette semaine, ce sera mercredi à 14h30 avec Azur et Asmar, féérie de Michel Ocelot et, dimanche à 14h, avec Le Château Ambulant, de Hayao Miyazaki. Deux merveilles d’animation. 

Belle semaine.

Isabelle Gibbal-Hardy et l’équipe du Grand Action