Scroll down
Éditoriaux

Exceptionnelle routine.

Éditoriaux

Exceptionnelle routine.

Chères spectatrices, chers spectateurs, 

L’oxymore du titre laisse entrevoir un programme hebdomadaire riche en films et événements, notamment  le diptyque de Joanna Hogg, The Souvenir part I et part II, Licorice Pizza et un cycle Paul Thomas Anderson, Michael Cimino, un mirage américain, et de belles séances de ciné-clubs. Voyons-les dans l’ordre.

On débute mercredi à 20h avec une avant-première. Mais elle ressemble à une dernière, puisque le documentaire filme La Disparition, celle d’un peuple du Nord-Pérou, les Taushiro, dont Amadeo est l’ultime représentant. Jonathan Millet a suivi le vieil homme et saisi sa solitude, ses rituels et sa langue qui parle aux arbres et aux esprits. Le réalisateur et des membres de l’ONG Survival International débattront après la projection de la survie des peuples indigènes, d’Amazonie et d’ailleurs. 


Jeudi à 20h, place au Ciné-club des Ecoles pour un hommage au cinéma japonais et à l’immense Akira Kurosawa, qui filme son acteur fétiche, Toshirô Mifune. Dans Vivre dans la peur, il incarne un homme vieillissant terrifié par la menace nucléaire. Il faut dire qu’en 1955, date du film, le Japon en avait un souvenir assez frais. La séance et le débat à suivre seront animés par la chercheuse Reiko Hasegawa.

Célia Stara, doctorante à Montpellier 3, et Carlos Tello, docteur à l’Université de Paris, prendront en charge le ciné-club Image & Parole de vendredi 20h.Et l’on échangera après la projection de L’Ange exterminateur, où Luis Buñuel imaginait en 1962 un surréaliste dîner bourgeois que les convives ne parviennent pas à quitter. Fantastique !

On devrait faire le plein samedi à 19h30 pour la 100e du Ciné-club Louis Lumière, exceptionnellement décalé au cœur du week-end. Pour débattre après avoir vu le fascinant Entretien avec un Vampire, de Neil Jordan, nous accueillerons Philippe Rousselot, l’un des plus grands chefs-opérateurs de la planète. Pour lui – et pour vous – l’Entretien sera projeté en 35mm. 

On enchaîne dimanche à 16h30 avec le Ciné-club Producteurs, l’âme des films, qui réunit les argentiers-faiseurs du cinéma. Nous sommes très honorés de recevoir l’une des figures phares de ce drôle de métier, qui illumina de sa vista les années 80. Albina du Boisrouvray, productrice de L’important c’est d’aimer, film mythique d’Andrzej Żuławski, le reverra avec nous avant d’en discuter. 

Le Directors’ Club aura le dernier mot de la semaine. Lundi à 19h30, Axelle Ropert, critique (de cinéma), scénariste (de Serge Bozon) et réalisatrice (de Petite Solange, notamment), viendra nous parler de sa passion pour White Dog, le chien Dressé pour Tuer (titre français) qu’un livre de Romain Gary inspira à Samuel Fuller. 

Avec tous ces rendez-vous, nous n’avons que peu de place pour évoquer le reste du programme comme The Souvenir, part I et part II, le touchant portrait de Joanna Hogg, le documentaire de Jean-Baptiste Thoret, Michael Cimino, un Mirage Américain, le délicieux Licorice Pizza, qui motive un cycle Paul Thomas Anderson, The Card Counter (Paul Schrader), Neige (Juliet Berto et Jean-Henri Roger), Ham on Rye, (Tyler Taormina), et First Cow (Kelly Reichardt).  

Dernières lignes habituelles pour L’Enfance de l’Art qui nous emmène au Cirque de Chaplin mercredi à 14h30, et à la rencontre de L’Enfant Sauvage de Truffaut dimanche à 14h.  

Très belle semaine.

Isabelle Gibbal-Hardy et l’équipe du Grand Action