Scroll down
Éditoriaux

Cimino et la nostalgie.

Éditoriaux

Cimino et la nostalgie.

Chères spectatrices, chers spectateurs, 

« Faire du cinéma, c’est inventer une nostalgie pour un passé qui n’a jamais existé », disait Michael Cimino, vedette d’un cycle et fantôme du nouveau documentaire de Jean-Baptiste Thoret, Michael Cimino, un Mirage Américain.  Joanna Hogg s’inspire de la maxime ciminienne, mais surtout de sa vraie jeunesse pour réaliser The Souvenir, part I et part II, qu’elle viendra nous présenter mardi soir. Avant cette dernière soirée qui annonce la sortie de son superbe film en deux parties, il y a cette semaine bien des choses à voir – dont Licorice Pizza, le dernier PTA -, ainsi qu’un Ciné-club Image & Parole avec l’étrange Llorona de Jayro Bustamante. 

Vendredi à 20h, le Ciné-club Image & Parole a invité Sergi Ramos Alquezar (Université Paris-Sorbonne) et Carlos Tello (Université de Paris, Université Paris-Est Créteil) à débattre après La Llorona. Réalisateur guatémaltèque, Jayro Bustamante mêle habilement fantastique et politique dans ce film grave où un vieux général est accusé des pires exactions. La folie n’est pas loin…

Un Grand Prix à Sundance et la production de Martin Scorsese laissaient espérer le meilleur. Et c’est ce que livre l’étonnante expérience cinématographique de The Souvenir part I et part II, que nous vous proposons en avant-première et en présence de Joanna Hogg. Mardi soir à 18h45, la réalisatrice viendra lancer le premier volet de son diptyque et interviendra avant le second, à 21h40. Nous ne saurions trop vous inviter à enchaîner les deux car ils forment un tout. Un tout toutefois en deux parties, puisque, d’un déchirant amour de jeunesse qui irrigue la première, l’héroïne, alors étudiante en cinéma, va faire un film dans la seconde, et les deux se répondent. Honor Swinton Byrne, fille de Tilda Swinton qui incarne d’ailleurs sa mère à l’écran, se montre à la hauteur de sa glorieuse ascendante dans le rôle de la réalisatrice amoureuse, et hérite de son merveilleux accent so british. Audace dans le propos, justesse dans l’écriture, minutie dans la réalisation, précision de l’interprétation, The Souvenir part I et part II seront dans nos salles la semaine prochaine, mais la passionnante Joanna Hogg, elle, ne sera là que mardi. 

Si Joanna s’appuie sur une certaine nostalgie – celles de sa jeunesse anglaise des années 80, que l’on retrouve en version parisienne dans Neige, film culte de Juliet Berto et Jean-Henri Roger – Jean-Baptiste Thoret travaille sur d’autres traces du passé, réelles et imaginaires.  Critique et historien du cinéma, il a suivi celles de Michael Cimino, en retournant notamment à Mingo Junction, la ville ouvrière des « héros » de The Dear Hunter. De ce voyage-hommage initiatique, il rapporte un portrait en creux du réalisateur disparu en 2016. Notez que la séance de dimanche 19h15 de Michael Cimino, un Mirage Américain sera introduite par Marc Olry, distributeur de cet émouvant documentaire. Il nous expliquera la démarche de Jean-Baptiste, qui creuse le sillon mémoriel exploré dans son précédent opus, We Blew it

Afin de mieux apprécier la beauté et le propos de ce Michael Cimino, un Mirage Américain, un Cycle Michael Cimino permet de revoir certains films de ce cinéaste maudit, qui alterna chef-d’œuvre et fiasco, parfois en même temps, comme pour La Porte du Paradis. Également au programme, Voyage au bout de l’Enfer bien sûr, ainsi que le jouissif et régressif Canardeur et la tonitruante Année du Dragon.  

Évidemment, la Licorice Pizza est toujours eu menu. Si vous n’avez pas encore goûté à ce délice de liberté de P.T. Anderson, précipitez-vous. Et n’hésitez pas à prendre un petit Ham on Rye en teen movie appetizer. Désolé de continuer avec l’anglais, mais The Card Counter le justicier dépressif de Paul Schrader, et First Cow, le western mélancolique de Kelly Reichardt, conservent aussi leur place. 

Cette lettre ne serait pas conforme si elle n’était conclue par L’Enfance de l’Art. Mercredi à 14h30, nous verrons un classique de la littérature jeunesse, Ernest et Célestine, adapté à l’écran par Benjamin Renner et Vincent Patar. Dimanche à 14h, François Truffaut élève L’Enfant Sauvage et pense l’éducation. 

Excellente semaine.

Isabelle Gibbal-Hardy et l’équipe du Grand Action