Scroll down
Éditoriaux

L’amour, le sexe et la guerre.

Éditoriaux

L’amour, le sexe et la guerre.

Chères spectatrices, chers spectateurs, 

Notre séance L’Amour au XXIe siècle rejoue mercredi soir, et on enchaîne jeudi avec une projection en odorama du Festival du Film de Fesses – en l’occurrence Pink Narcissus, de James Bidgood. Vendredi, le géographe Alain Musset nous parlera de la guerre des FARC devant Jungle Rouge, et nous retournerons marivauder samedi avec un Ciné-club Louis Lumière et Les Amours d’Anaïs, de Charline Bourgeois-Tacquet. Mardi, une Avant-premières ! CIP en présence du réalisateur Davy Chou conclura cette riche semaine avec Retour à Séoul. De guerre et de sexe, il sera encore question dans nos films des précédentes semaines – dont Beau Travail, Les Crimes du Futur ou The Northman. Détaillons le programme. 

Mercredi à 21h, nous ausculterons, en quatre courts métrages choisis par le pétillant Adrio Guarino, différentes facettes de L’Amour au XXIe siècle. Paul Rigoux, réalisateur d’un des films, Ainsi commença le Déclin d’Antoine, sera avec nous pour échanger après la projection.

Expérience inattendue jeudi à 20h, conçue en partenariat avec Journal d’un Anosmique (NB : l’anosmie est un trouble de l’odorat). Lors de la projection de Pink Narcissus, de James Bidgood, nous suivrons en odorama les tribulations et les rêves d’un jeune prostitué. Ce film érotique de 1971 aux senteurs subtiles s’inscrit dans le cadre du Festival du Film de Fesses, dont le titre est déjà un programme. 

Pendant plus de 50 ans, la guérilla des FARC (Forces Armées Révolutionnaires de Colombie), accentuée par la violence des narcotrafiquants, a semé mort et terreur dans le pays. Du journal de Raùl Reyes, chef des FARC tué dans un bombardement, Juan José Lozano a tiré un étrange et magnifique objet, Jungle Rouge, dont il a fait retraiter les images tournées en studio par le grand animateur Zoltan Horvath. Si le film, sorti la semaine dernière, bénéficie d’une programmation pleine, la séance de vendredi 20h30 sera présentée par le géographe Alain Musset, spécialiste des villes d’Amérique Latine à l’Institut Universitaire de France, et particulièrement de Medellin, ancienne malheureuse capitale de la violence colombienne.  

Le Ciné-club Louis Lumière, exceptionnellement programmé samedi à 19h, a invité le chef-opérateur Noé Bach pour nous parler du film Les Amours d’Anaïs, alias la délicieuse Anaïs Demoustier. Elle incarne l’héroïne désirante et désirable, aux coups de cœur incertains, de ce joli film de Charline Bourgeois-Tacquet, qui sera précédé de son court-métrage Pauline Asservie

Le dernier événement se tiendra mardi à 20h, en présence de Davy Chou, qui nous présentera Retour à Séoul lors d’une Avant-premières ! CIP. En adaptant le livre autobiographique de Laure Badufle, Davy suit une jeune femme Coréenne adoptée qui part à la recherche de ses origines. Park Ji-Min y est splendide. 

Grâce à nos trois salles, bien d’autres films sont projetés cette semaine, à commencer par la réédition de Beau Travail, accompagné par le cycle Claire Denis. Vous retrouverez aussi d’autres anciens succès, dont les affiches ornent la fin de cette lettre. 

Quelques traditionnels mots pour l’Enfance de l’Art. Mercredi à 14h30, nous suivrons les mésaventures du Grand Méchant Renard, le petit cousin du loup. Et dimanche à 14h, nous volerons avec le pilote Porco Rosso, de Hayao Miyazaki. 

Belle semaine.

Isabelle Gibbal-Hardy et l’équipe du Grand Action