Scroll down
Éditoriaux

Deux premières avant-premières de première.

Éditoriaux

Deux premières avant-premières de première.

Chères spectatrices, chers spectateurs, 

2023, que nous vous souhaitons bien bonne et pas trop chaude, commence au Grand Action avec deux films phares de cette nouvelle année à voir avant leur sortie en salle.  Tár, où Cate Blanchett, brillantissime, incarne une cheffe d’orchestre pour la caméra de Todd Field, et Babylon, où Damien Chazelle reconstitue la folie du Hollywood des années 20, fiévreusement portée par Margot Robbie, sont nos avant-premières du week-end, respectivement projetées samedi à 19h30 et dimanche à 14h15. Outre ces deux films dont les réalisateurs et les actrices rivalisent de nominations et de récompenses, d’autres projections spéciales vont rythmer cette semaine : Voyages, d’Emmanuel Finkiel, montré en présence de son équipe (mercredi 20h), plus un Rendez-vous du cinéma Grec, un ciné-club Du Décor à l’Ecran, un Directors’ Club, sans compter nos succès d’avant-fête, menés par Les Banshees d’Inisherin, de Martin McDonagh, dont tout le monde parle encore. 

Les Voyages commencent mercredi à 20h, avec ceux de trois femmes entre la France, la Pologne et Israël. Emmanuel Finkiel, qui réalisa ce film mémoriel en 1999, sera dans la salle avec son équipe pour nous le présenter. 

Vendredi à 20h nous nous rendrons aux Rendez-vous du cinéma Grec pour voir Tendre Gang, de Nikos Nikolaïdis, en présence de la comédienne Michèle Valley. 

Dimanche à 18h, certains décorateurs et techniciens ayant participé au tournage de Molière, fresque cinématographique qu’Ariane Mnouchkine réalisa en 1978 avec son génial Philippe Caubère dans le rôle-titre, sont les invités Du Décor à l’Ecran. Ils rendront hommage au regretté Guy-Claude François, scénographe de Mnouchkine et chef-déco de Tavernier.  

Vergine Keaton choisit son pseudo en hommage à Buster. Cette réalisatrice de films d’animation présentera, avec Aurélien Verhnes, le Directors’ Club de lundi 19h30, lors duquel nous verrons Les Chevaux de feu, fresque épique soviétique circa 1965, de Sergei Paradjanov.  

Les autres grands rendez-vous de la semaine se tiendront ce week-end avec deux avant-premières de prestige. Samedi 19h30, Todd Field plonge dans le cerveau et la psyché de Tár, une cheffe d’orchestre dont le rigoureux tempo semble se dérègler. Cate Blanchett, couronnée du Prix d’Interprétation féminine de la Mostra 2022 (Colin Farrel obtient l’équivalent masculin pour Les Banshees d’Inisherin, voir plus bas). Nous sommes ravis de vous présenter en avant-première ce grand film qui va marquer l’année 2023 et que nous sortirons le 25 janvier. 

Le lendemain à 14h15, nous en verrons un autre, également très attendu, puisqu’il est signé de l’encore jeune Damien Chazelle (37 ans) qui, en quelques films (Whiplash, Lalaland, First Man…), s’est imposé comme un réalisateur majeur. Ce franco-américain s’inspire du célèbre brulot de Kenneth Anger, Hollywood Babylon, pour broder une vertigineuse immersion dans la folie de ce quartier de L.A. pendant l’âge d’or du cinéma. Hollywood, dans les années 20, fut le lieu de tous les possibles, de toutes les fêtes, de tous les excès, et de toutes les perversions qui lui valurent le surnom de Babylon. Brad Pitt et Margot Robbie sont les ordonnateurs de cette grande déglingue baroque et no limit. Les deux comédiens trouvent des rôles miroirs à ceux offerts par  Tarantino dans Inglourious Basterds et Once Upon the Time in Hollywood. Les cinéphiles apprécieront les nombreux clins d’œil que leur adresse Chazelle, et tous les spectateurs prendront un plaisir infini à cette valse à 10 000 temps. 

Ma Vache et Moi, un Buster Keaton magnifiquement restauré, et Les Banshees d’Inisherin, le dernier sublime et déroutant Martin McDonagh à l’accent irlandais, chacun accompagné d’un cycle consacré à leur auteur, sont toujours à l’écran. Tout comme d’ailleurs un certain nombre d’autres de nos films récents, que nous vous proposons en séance de rattrapage. 

Les presque dernières lignes pour l’Enfance de l’Art et ses deux projections : Aïlo, odyssée lapone de Guillaume Maidatchevsky (mercredi 14h30) et L’Illusionniste, hommage à Tati de Sylvain Chomet (dimanche 14h). Et un dernier mot pour vous souhaiter à nouveau une bonne année, et vous remercier de la précédente, où vous fûtes 75 000 à venir dans nos salles. Un succès, qui montre que le cinéma est bien vivant si on se donne la peine d’accompagner les films. 

Isabelle Gibbal-Hardy et l’équipe du Grand Action