Bitume.

Chères spectatrices, chers spectateurs,

Si la chaussée est humide dans la dernière comédie romantique de Woody Allen, Un Jour de Pluie à New York, elle est aussi sanglante dans Traîné sur le Bitume, le nouvel opus de Steven Craig Zahler. On préférera le titre original - Dragged across Concrete - de ce film noir que nous projetons de façon exceptionnelle dimanche à 16h.

Steven Craig Zahler est un drôle de cinéaste, également romancier, scénariste et musicien. Quand sa fureur ne se canalise pas sur la batterie d'un groupe de métal, il invente des histoires. Et, qu'il écrive des romans ou des scripts, qu'il aborde le western, la SF ou le polar, on retrouve la même rage destructrice. Remarqué dès son deuxième film - Bone Tomahawk, un western d'horreur avec Kurt Russel en 2015 - puis pour Section 99, un "survival" en taule, Zahler a vite séduit les cinéphiles pointus, et ce malgré l'exploitation erratique de ses œuvres en salle. De fait, Dragged across Concrete ne bénéficie pas encore de sortie officielle en France. C'est pourquoi nous sommes très fiers de vous le montrer sur grand écran dimanche à 16h, en présence de Josué Morel, rédacteur en chef du site Critikat. Josué fait partie des fans de la première heure et nous présentera ce thriller, où deux flics, mis en congé pour sanctionner leurs méthodes radicales, se recyclent en braqueurs de gangsters. Autant dire que ça ne va pas inciter ce duo de balourds pandores à la retenue… Rude, âpre, mais aussi décalé et drôle, Dragged across Concrete prend son temps (2h38) ; de longs plans ciselés, aux dialogues souvent savoureux, alternent avec des scènes de violence réglées au cordeau. Vince Vaughn, un habitué du cinéma de Zalher, donne la réplique à Mel Gibson, parfait en ripou vieillissant. On peut penser aux Coen, à Tarantino, voire à Michael Mann pour certaines lumières, mais Zahler possède son propre style, justement couronné du Prix Sang Neuf par le festival de Beaune. Si vous ne pouvez vous libérer dimanche, sachez que nous organiserons d'autres projections de Dragged across Concrete dans les semaines qui viennent.

L'autre nouveauté de la semaine, c'est un Cycle James Gray, l'un des cinéastes importants de notre temps dont nous projetterons sans doute un jour le très cosmique Ad Astra qui vient de sortir. En attendant, au Grand Action, on reverra avec plaisir The Lost City of Z, l'épopée amazonienne d'un officier britannique, The Immigrant, l'arrivée, dans les années 20, d'une jeune Polonaise à New York, et Little Odessa, le film noir de la mafia russe de Brooklyn qui le révéla en 1994. D'autres James Gray à venir la semaine prochaine.

On reste vers la Grosse Pomme où, malgré Un Jour de Pluie à New York, il fait beau sur le cinéma de Allen. Ce bon vieux Woody nous entraîne dans un joyeux marivaudage moderne. Le week-end en amoureux de deux charmants étudiants va tomber l'eau, et pas uniquement pour des raisons météorologiques... Timothée Chalamet promène sa moue boudeuse et sa veste trempée dans les rues de Manhattan, tandis que sa fiancée, la pétulante Elle Fanning, court le guilledou parmi des stars factices du cinéma. C'est léger, drôle, virevoltant, délicieusement désuet par moment, et ça ressemble diablement à un film de Woody Allen qui retrouve, dans sa ville, sa patte d'antan.

D'autres films des précédentes semaines conservent des séances. River of Grass, l'errance des faux délinquants fugueurs de Kelly Reichardt, le bal sanglant de Carrie, de De Palma, les pitreries de Keaton dans La Croisière du Navigator et, bien sûr, Once Upon a Time… in Hollywood, neuvième volume de Quentin Tarantino, désormais projeté en 35mm.

Pour conclure, voici venir le paragraphe Enfance de l'Art. Mercredi à 14h30, dès 3 ans, on frémira de plaisir devant Le Petit Gruffalo qui doit se méfier de la grande méchante souris. Quant à Sa Majesté des Mouches, de Peter Brooks, elle prendra le pouvoir dimanche à 14h.

Bonne semaine.

Isabelle Gibbal-Hardy et l'équipe du Grand Action.