Faye et casses.

Chères spectatrices, chers spectateurs,

Notre Cycle Faye Dunaway, annonciateur de la sortie sur copie neuve de l'Affaire Thomas Crown mercredi 16 mai, va s'enrichir de quelques autres prestations de cette formidable comédienne. Et pour fêter dignement la réédition dite "du cinquantenaire" - puisque ce film de cambriolage  fut réalisé en 1968 - nous lui offrons aussi un cycle Casses du siècle. Notre quinzaine, le festival de Cannes nous retenant sur la Croisette, pas de lettre mercredi prochain, sera aussi marquée par un Ciné-club Positif. Mardi 15, l'un des rédacteurs de la revue nous présentera Une Séparation, d'Asghar Farhadi. Par ailleurs, nos succès du moment (My Wonder Women, Ready Player One, Phantom Thread et Lady Bird) conservent quelques séances.

Commençons donc par mardi 15, dont la soirée sera consacrée à un Ciné-club Positif. Après le rituel cocktail de bienvenue servi à partir de 19h30, l'un des rédacteurs de la revue  animera la projection d’Une Séparation. Réalisé par Asghar Farhadi, ce drame qui obtint l'Ours d'Or à Berlin en 2011 et deux d'argent pour chacun de ses interprètes principaux, part d'une situation simple et universelle pour pointer les dysfonctionnements de  la société iranienne, engoncée dans sa bureaucratie, sa religion et ses contradictions. Et voilà un couple en pleine séparation qui plonge dans un cauchemar humain et administratif. Si vous avez raté ce bijou du riche et trop rare cinéma perse (et même si vous l'avez vu), courrez mardi soir au Grand Action.

Lorsqu'on nous nous sommes dit : "Tient ! Si on faisait un cycle films de casses pour annoncer Thomas Crown ?", les idées ont fusé tant le sujet inspira les cinéastes. La disponibilité des copies nous a un peu contraints, mais pas suffisamment pour ne pas bâtir un beau programme Casses du siècle. De L'Ultime Razzia de Kubrick au Cercle Rouge de Melville, en passant par le Guet-apens, de Peckinpah, les Tueurs de dames de Mackendrick, la Mélodie en sous-sol, de Verneuil et la série des Ocean's de Soderbergh, des truands, margoulins, virtuoses du chalumeau et génies malhonnêtes, venus de toutes les époques et des deux côtés de l'Atlantique, se sont donnés rendez-vous dans nos salles. Surveillez vos portefeuilles pendant les séances ! A partir de mercredi 16, ces artistes de haut vol seront rejoints par les braqueurs bras-cassés d'Un Après-midi de chien, de Lumet.  

Ce même mercredi 16, l'Affaire Thomas Crown ressortira dans une somptueuse version 4K, restaurée, remixée, reboostée, comme neuve, mais en mieux ! L'occasion de redécouvrir la confrontation culte de deux monstres sacrés au sommet de leur art et de leur charme, dans une mise en scène de Norman Jewison aussi aérienne que la bande son de Michel Legrand qui l'accompagne. Steve McQueen est inoubliable en milliardaire séducteur et joueur, prêt à prendre tous les risques juste pour pimenter sa vie. Et, comme rehausseur de saveur, il a en face de lui Faye Dunaway, dont la lumineuse présence donne indubitablement du goût à l'existence. Le Cycle que nous consacrons à cette comédienne emblématique des 70's poursuit avec les films de la semaine dernière (Chinatown, la Tour infernale, Les Trois jours du Condor, Network et Arizona Dream) qui seront rejoint par Bonnie and Clyde à partir de mercredi 16. Un autre couple mythique du cinéma. Mais quel duo ne le devient-il pas, dès lors que Faye en incarne la part féminine ?

On termine, comme d'habitude, avec l'Enfance de l'Art. Pour cette quinzaine, elle nous propose Minuscule, un très chouette film d'animation au pays des fourmis de Thomas Szabo, et Un Conte peut en cacher un autre, intelligente relecture des contes de notre enfance par Jakob Schuh.

Bonne quinzaine à Cannes et ailleurs, et on vous promet de rapporter de beaux films.

Isabelle Gibbal-Hardy et l’équipe du GrandAction