Des frissons, des rires et des larmes.

Chères spectatrices, chers spectateurs,

Le cinéma partage avec l'amour l'extraordinaire pouvoir de nous faire frissonner et passer du rire aux larmes. Ainsi, on frémit devant Les Proies, le nouveau film de Sofia Coppola, accompagné d'une rétrospective complète de la réalisatrice. Les rires, nous en aurons avec Wilson ou le Cycle Buster Keaton, l'acrobate du rire, et nous verserons quelques larmes sur Le Scaphandre et le papillon, bouleversant film de Julian Schnabel, choisi par le premier Ciné-club Louis Lumière de la saison et projeté mardi 5 septembre en présence du cadreur Berto. Quand au reste de notre programme (Fight Club, Le Privé, The Big Lebowski, The Lost City of Z, Certain Women), il passe allègrement de l'un à l'autre des sentiments pour notre plus grand bonheur.

C'est donc le Ciné-club Louis Lumière qui fait la rentrée des événements de la saison, le mardi 5 à 20h avec Le Scaphandre et le papillon. Jean-Dominique Bauby était un brillant journaliste qui, suite à un AVC, resta prisonnier du locked-in-syndrome : conscient mais totalement paralysé, à l'exception d'une paupière. Il s'en servit pour dicter lettre par lettre son livre, et faire partager cette terrible expérience de l'intérieur. Bauby mourut en 1997, deux jours après la sortie du livre qu'adapta Julian Schnabel 10 ans plus tard. Merveilleusement servi par le duo Seigner-Amalric, ce film, dont le cadreur Berto viendra nous raconter le tournage après la projection, fut un immense succès et obtint le Prix de la Mise en Scène au Festival de Cannes.

En 2017, Sofia Coppola reçut la même récompense pour Les Proies, remake d'un film de Don Siegel d'après un roman de Thomas Cullinan.  Alors que la Guerre de Sécession tonne au loin, la cadette des pensionnaires d'un internat de jeunes filles Sudistes recueille un soldat Yankee blessé (Colin Farrell). Elle  introduit ainsi le loup dans la bergerie, tenue d'une main de fer par Miss Farnsworth, à laquelle Nicole Kidman prête sa belle froideur, rigide et pourtant sensuelle. Emois adolescents, désirs affleurant, mensonges, duperies et perverses séductions se jouent alors sous les chênes moussus et les colonnades d'inspiration corinthiennes de la propriété où les blanches colombes vivaient recluses. Alors que tourbillonne le vent tournant du désir, qui sont Les Proies de ce film ambigu et troublant ? Outre les acteurs déjà cités, Sofia offre aussi une composition étonnante à Kirsten Dunst, un rôle jouissif à Elle Fanning, et découvre la toute jeune Oona Laurence, formidable gamine. Mais l'héritière Coppola a l'habitude des jeunes filles qu'ausculte tout son cinéma. Ainsi, son Cycle permet de revoir toutes celles qui peuplent ses films, des sombres fraîcheurs de Virgin Suicides aux pétroleuses de The Bling Ring, en passant par la frivole Marie-Antoinette, la Scarlett perdue de Lost in Translation et les naufragées de Somewhere

Nous vous invitons à relire le premier paragraphe ou à vous rendre sur notre site pour le reste de la programmation, et concluons naturellement par l'Enfance de l'Art. Mercredi et dimanche, nous repartirons en Vacances de Monsieur Hulot, chef d'œuvre décalé de Tati, et jeudi nous réviserons nos classiques avec La Fontaine fait son cinéma, adaptation délirante des petites histoires du célèbre fabuliste à destination du très jeune public.

Bonne semaine.

Isabelle Gibbal-Hardy et l’équipe du Grand Action.

PS 1 : vous êtes déjà nombreux à avoir plébiscité la ciné carte CIP qui, par prépaiement, offre des tarifs avantageux dans 24 salles de cinéma indépendantes. Merci. Et si vous ne l'avez pas encore prise, renseignez-vous à notre caisse.

PS 2 : une robe noire plongeant vers une chute de rein et une tronçonneuse hurlante nous ont quittés, comme deux versants du cinéma des années 70 qui disparaissent dans la brume de nos souvenirs. Merci à Mireille Darc et Tobe Hooper de nous avoir fait rire et frémir. Ne reste plus qu'à les pleurer et les voir éternellement sur grand écran.